Non classé
Laisser un commentaire

Les deux facettes d’Ito Ogawa

Depuis quelques années, les éditions Philippe Picquier ont pris l’initiative de distribuer avec une régularité sans faille les romans d’Ito Ogawa. Le mois d’août à lui seul en a d’ailleurs vu paraître deux: une réédition poche du  jardin arc-en-ciel, ainsi qu’une nouveauté, La papeterie Tsubaki. Ce dernier a remporté un succès d’estime au Japon, avec deux adaptations de la part de la NHK:  un drama diffusé entre avril et juin 2017, et une lecture radio dans l’émission Shin nichiyō meisakuza (New Sunday Master Piece). Les valeurs qui caractérisent l’œuvre de l’auteure, notamment l’importance de la tradition et le rôle clé de nos aïeux, n’y étant certainement pas étrangers.

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres. Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin. Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

La papeterie Tsubaki, quatrième de couverture, Ito Ogawa

Pourtant, la sortie simultanée de ces deux livres n’est pas dénuée de symbolique. Ito Ogawa sait aussi se montrer résolument moderne en abordant le thème de l’homosexualité encore délicat dans la société japonaise. En particulier lorsque l’on sait qu’il y fut publié  il y a plus de dix ans maintenant. Ces deux facettes sont d’autant plus flagrantes que de nombreux points communs relient Le jardin arc-en-ciel et La papeterie Tsubaki. Il y est toujours question d’empathie profonde, que ce soit en faisant le bonheur des uns par le biais de l’écriture, ou d’accueillir les autres dans une maison d’hôtes unique en son genre. Mais le contexte, lui, n’en est pas moins radicalement différent.

Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d’une maison d’hôtes, nouvelle en son genre. Il y a quelque chose de communicatif dans la bienveillance et la sollicitude avec lesquelles la famille accueille tous ceux qui se présentent : des couples homosexuels, des étudiants, des gens seuls, des gens qui souffrent, mais rien de tel qu’un copieux nabe ou des tempuras d’angélique pour faire parler les visiteurs ! Tous repartiront apaisés. Et heureux. Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l’intolérance et aux préjugés, d’une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l’amour est l’émotion dont les bienfaits sont les plus puissants. On réserverait bien une chambre à la Maison d’hôtes de l’Arc-en-ciel !

 Le jardin arc-en-ciel, quatrième de couverture, Ito Ogawa

Les deux romans sont donc parfaitement complémentaires pour qui souhaite découvrir la littérature d’Ito Ogawa, dont on ne manquera pas de recommander également Le Restaurant de l’Amour Retrouvé pour une bibliographie idéale.

 

Si ces romans vous intéressent, il est possible de les acheter via les liens ci-dessous:

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s