Chroniques
1 commentaire

Ecoute le chant du vent (Haruki Murakami)

Et la lumière fut

La route aura été longue et périlleuse pour atteindre les rives du vieux continent.  Mais après trente-sept ans de déni, «Ecoute le chante du vent» et «Flipper 1973», les deux premiers romans d’Haruki Murakami, sont enfin disponibles. Nous voici donc fin prêts à explorer la genèse du maître de la littérature japonaise contemporaine. 

Oeuvre quasi-biblique, c’est avec une préface dans laquelle il narre la manière dont il est devenu écrivain, qu’Haruki Murakami accueille ses lecteurs. Un soir d’avril de l’année 1978, celui qui n’est encore qu’un tenancier de bar à peine âgé de 29 ans se rend au stade de Jingu pour un match de baseball.  Il est alors  sujet à une véritable révélation: il deviendra écrivain. «A l’époque, il n’y avait ni traitement de texte ni ordinateur et l’on devait écrire à la main chaque caractère» explique-t-il. Après s’être fourni en papier, c’est sur la table de la cuisine que, dix mois durant, il bâtira sa légende de ses propres mains.

Peut-on s’improviser écrivain ? Manifestement, la réponse est oui. De son propre aveux, Haruki Murakami n’avait aucune idée de la manière dont il fallait s’y prendre. Pire, il confie ne pas se sentir à l’aise dans sa langue maternelle et opte pour l’anglais, qu’il est très loin de maîtriser. Conséquence, le texte est épuré, nettoyé d’une foule de détails inutiles qu’il aurait été trop complexe de retranscrire. Moins d’un an plus tard, en 1979, lorsqu’il retranscrit tout cela dans sa langue natale pour le soumettre, c’est un style complètement nouveau qui transparaît au fil des pages. Les maisons d’éditions autant que le public sont conquis, l’auteur remporte le fameux  prix Gunzō la même année. Mais Murakami ne semble pas parfaitement assumer cette prouesse pour autant et refusera de faire traduire son roman à l’étranger, ainsi que le suivant, pendant plus de 30 ans.

C’est un fait, si le processus créatif a certains avantages, notamment une certain dynamisme dans la lecture, il comporte également des faiblesses. L’intrigue est ainsi pratiquement inexistante et laisse place à une succession de scènes vaguement reliées entre elles. Leur point commun, un étudiant en biologie fréquentant de manière régulière au J’s Bar, où  Il passe le plus clair de son temps à refaire le monde, une bière à la main, avec son ami dit «le rat». On remarque dès lors que son style si particulier y figurait déjà. De ses réflexions philosophiques à sa goût pour le jazz et la musique classique, en passant inévitablement par ces moments au lit, en compagnie d’une jeune femme  à la toison pubienne apparente, tout y est. L’univers de Murakami s’esquisse et à déjà posé ses bases fondamentales.

Si le récit n’est pas déplaisant à découvrir, il est en revanche éloigné de ce qui fait aujourd’hui la réussite de ses successeurs. S’attacher aux protagonistes ou se sentir véritablement concerné par tel personnage ou telle situation demeure difficile. Si vous ne connaissez pas Haruki Murakami, mieux vaut donc vous tourner vers un ouvrage plus récent et laisser celui-ci aux fans de l’auteur, curieux de découvrir ses origines.  Et pourtant, il n’en reste pas moins un roman qui se doit de figurer sur vos étagères. Sachant dans quel contexte ce dernier fut rédigé et l’innovation majeure qu’il constitue au sein de la littérature japonaise, il n’en reste pas moins une pièce maîtresse, si ce n’est à apprécier, au minimum à posséder.

Pour savoir ce qu’il en est de Flipper 1973, ne manquez pas mon prochain article.

9782714460691ORI

Détails sur le livre

  • Titre original : Kaze no uta o kike
  • Éditeur : Belfond
  • Collection : Hors collection
  • Traductrice: Hélène MORITA
  • Langue: français
  • Nombre de pages: 300
  • ISBN-13 : 978-2714460691
  • Prix: 21,49 euros
  • Parution: 14 janvier 2016

Possibilité d’achat à partir de 0,98 euro en cliquant ici.

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s