Actualité, Société
1 commentaire

Le Premier ministre s’oppose à ce que les épouses japonaises conservent leur nom de jeune fille

Ce 3 juillet s’est tenu un débat organisé par le Japan National Press Club à Tokyo, regroupant les partis d’opposition et au pouvoir. Lors des dernière minutes, à la suite d’une question posée par un journaliste, un vote à main levée à été effectué pour savoir si les politiques étaient ou non favorables à la possibilité d’opter pour un double nom de famille. Implicitement, la question concernait évidement le droit pour une femme mariée de conserver son nom de jeune fille, chose encore impossible au Japon. En effet, la loi contraint les époux à porter le même nom de famille et celui-ci ne peut être double. Quoi qu’il en soit, le premier minsitre Shinzo Abe fut le seul à s’y opposer.

Sur l’archipel, deux arguments poussent actuellement à une modification de la législation qui permettrait aux citoyens de sexe féminin de ne pas systématiquement devoir complétement embrasser le nom de de leur époux. D’une part, le Parti démocrate constitutionnel, comme l’a affirmé son dirigeant Yukio Edano, estime qu’une femme devrait disposer des mêmes droits qu’un homme et qu’il en va de sa liberté de conserver son nom si elle le souhaite. Quant aux principales concernées, beaucoup évoquent les difficultés d’un tel changement, notamment dans le milieu professionnel au sein duquel cela poserait souvent problème. De plus, abandonner leur nom nuierait au prestige acquis au sein de l’entreprise lorsqu’elles étaient célibataires. Si une solution existe bel et bien, celle que le mari adopte le nom de famille de son épouse, les cas sont malheureusement rares. Raison pour laquelle le double nom demeure un enjeu important.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le sujet est abordé. Les partis de l’opposition avaient déjà soumis un projet de loi à la Diète afin de permettre aux couples de prendre leurs propres décisions en ce qui concerne leur nom de famille, mais la proposition avait cependant été rejetée. Le Parti libéral-démocrate avait d’ailleurs refusé de prendre part aux délibérations.

Face à la question du journaliste, le Premier ministre a affirmé que ce sujet n’avait aucun rapport avec la croissance économique, ce qui lui a valut de vives critiques. En effet, l’opinion estime que Monsieur Shinzo Abe préfère considérer les choses avant tout d’un point de vue économique plutôt qu’humain.

 

Publicités

1 commentaire

  1. Je crois que c’est un sujet (pas simple) dans de nombreux pays. Ici, c’est soit la femme abandonne son nom, soit elle prend celui de son mari. Mais, le double nom n’est plus possible.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s