Culture, Littérature
Laisser un commentaire

Red Circle, une maison d’édition à découvrir

Depuis deux décennies, la littérature japonaise n’a cessé de gagner en popularité. A tel point que des maisons d’éditions spécialisées dans le domaine ont émergé peu à peu et fini par occuper une place de choix dans le paysage littéraire. En France, on pensera évidement aux éditions Picquier ou à L’Atelier Akatombo, parmi d’autres passionnés. Mais aujourd’hui, c’est par-delà la Manche que je vous emmène, et plus précisément à Londres, ou se tiennent les éditions Red Circle.

Red Circle Minis, l’amour de la littérature

C’est en novembre 2018 que Richard Nathan et Koji Chikatani débutent une passionnante aventure, celle de l’édition. Et si le succès est au rendez-vous, c’est autant pour la qualité de ses auteurs que l’esthétique générale de leur première collection, baptisée Red Circle Minis, proposant de courtes nouvelles d’une cinquantaine de pages. Parmi elles, des classiques encore inédits en francophonie, tels que Stand-in Companion (Kazufumi Shiraishi), Backlight (Kanji Hanawa) ou le récent The Chronicles of Lord Asunaro, également de ce dernier . Pour l’heure, ces œuvres aussi passionnantes qu’indispensables ne sont publiées qu’en anglais, mais Red Circle à dores et déjà annoncé sa volonté de les faire traduire dans un futur proche. Néanmoins, leur accessibilité et leur faible prix devrait encourager les anglophones à s’y plonger dès maintenant.

Des auteurs de renom

S’il fallait vous donner un seul argument pour vous plonger dans ces péripéties littéraires, ce serait évidement la réputation de leurs auteurs. Citons par exemple Kazufumi Shiraishi (lauréat du prix Naoki 2009), Fuminori Nakamura (lauréat des prix Akutagawa 2005 et Kenzaburō Ōe 2010) ou encore Mitsuyo Kakuta (lauréate de multiples prix tels que le Noma 1996 ou Naoki 2004). Ceux-ci ne sont que quelques uns parmi une dizaine dont la renommée dans leur pays d’origine est avérée de longue date. Red Circle s’impose donc comme un excellent moyen de les découvrir, car il n’existe pas à l’heure actuelle aucune version française pour leur travaux.

Entretien avec Richard Nathan

Afin de vous en faire connaître davantage au sujet de cette excellente maison d’édition, j’ai eu l’occasion d’interviewer l’un de ses deux fondateur, Richard Nathan, qui a aimablement accepté de répondre à mes questions.

Q. Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Koji Chikatani ?
R. J’ai rencontré Koji Chikatani pour la première fois au début des années 1990, alors que je travaillais à Tokyo pour la revue scientifique internationale Nature. Koji avait alors un emploi à temps partiel dans notre bureau de Tokyo.

À la fin des années 90, j’ai été transféré à New York pendant quelques années avant de rentrer à Londres. Koji et moi sommes restés en contact, même après que nos carrières aient pris des chemins différents. C’est à la Foire du livre de Francfort que nous nous sommes de nouveau rencontrés, par un complet hasard. Depuis, chaque année, lorsque Koji se rend à Londres pour la Foire du livre, je l’invite à dîner à mon domicile.

Q. Comment est née l’idée de fonder votre maison d’édition ?
R. L’idée de créer Red Circle Authors est née lors de ces réunions et dîners annuels. Si vous consultez la section À propos de notre site Web, vous pouvez voir une photo de nous, dessinant le logo de notre entreprise avec un pinceau de calligraphie japonaise lors d’un dîner chez moi, à Londres.

Le logo est composé de deux cercles dessinés par chacun de nous, qui ont ensuite été fusionnés et dont la couleur a été uniformisée par notre designer. Il nous symbolise, rassemblant nos cercles respectifs, c’est-à-dire nos réseaux, y compris nos compétences, nos contacts et nos expériences professionnelles et personnelles, pour créer un tout nouveau cercle. Nous avons trouvé le nom de l’entreprise au cours du dîner. Nous avons choisi le nom Red Circle pour de nombreuses raisons, mais la principale était bien entendu à cause du drapeau japonais et de son cercle rouge.

Q. Quels sont les objectifs de votre maison d’édition ?
R. Notre objectif est de rassembler un cercle d’auteurs primés, et comme nous le précisons au dos de nos livres, nous espérons que ces derniers, ainsi que leur écriture créative et leur narration, reflètent les récits et les voix du Japon d’aujourd’hui, de toutes ses manières différentes, brillantes et diverses. Leurs styles et leurs genres sont différents et chacun de nos auteurs est unique, mais ils sont tous unifiés par une seule chose: la qualité de leur narration et de leur écriture.

Q. Pouvez-vous nous parler de dernier livre à paraître chez Red Circle ?
R. Il se nomme «Les Chroniques de Lord Asunaro». C’est une charmante histoire humoristique et plutôt inhabituelle, basée sur une figure historique réelle, avec un récit réfléchi et subtil à plusieurs niveaux. Il évoque la recherche de notre place dans le monde et la satisfaction de grandes attentes, quelque chose qui s’applique donc à chacun de nous, y compris les seigneurs de la guerre japonais. Il est également intéressant de noter que Kanji Hanawa, un expert en littérature et auteur français, à décidé de dédier le livre à son propre père qui était le juge suprême de la cour d’appel de Tokyo.

Q. Quels sont vos projets dans l’avenir ?
R. Actuellement, nous nous concentrons sur l’élargissement de notre groupe d’auteurs (12 ont été actuellement séléctionnés), ainsi que sur l’extension de notre série «English-First» Red Circle Minis, avec laquelle nous avons lancé notre programme d’édition, c’est-à-dire un nombre de publication compris entre 12 et 24 titres. Chaque livre de la série est commandée d’une manière spécifique, et comme tous nos auteurs sont extrêmement occupés, cette volonté prend du temps.

Une fois cela accompli, nous prévoyons de lancer une ou deux autres séries et de publier plus de livres issus des auteurs de notre cercle. Nous avons également à coeur de lancer notre série Red Circle Minis dans d’autres langues, notamment le français, l’allemand, l’espagnol, le chinois, le vietnamien et la coréen, ainsi que le japonais bien sûr. Et dans cet esprit, nous avons commencé à discuter avec des partenaires potentiels dans le monde entier qui pourraient nous aider à y parvenir.

Cette entrée a été publiée dans : Culture, Littérature

par

Enseignant, passionné de littérature et écrivain en devenir, je suis expatrié dans la région du Kansai depuis 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s