Société
Laisser un commentaire

La guerre des étiquettes moitié-prix témoigne de la pauvreté au Japon

Vous le savez peut-être, mais une fois le soir venu, les supermarchés japonais commencent à solder leurs plats préparés en y collant une étiquette pouvant afficher de 20 à 50 % de réduction. Les premières apparaissent aux alentours de 18 heures, puis sont recouvertes par les secondes entre 19h et 19 h 45. Une véritable chasse prend donc part parmi les clients les plus économes, à la recherche de la bonne affaire. Et le moins que l’on puisse dire est que certains ont plus d’un tour dans leur sac. En effet, des habitués s’y présentent au quotidien et usent de tout un tas de stratégies, plus ou moins honnêtes, pour atteindre leur objectif. Au Japon, on les nomme les «mendiants de supermarché», ce qui n’est pas sans mépris.

La technique la plus répendue est la suivante: ils tournent en rond dans le magasin et remplissent leur panier. Puis, une fois 18 heures passées, ils s’annoncent auprès de la responsable de rayon et exigent que la précieuse étiquette soit attribuée à leurs achats. En cas de refus, ils se fâchent et haussent la voix pour se faire remarquer en soulignant qu’ils sont des habitués du magasin, afin qu’embarrassée, l’employée ne soit pas en mesure de refuser. Il repartent ensuite rôder dans les rayons durant une heure et recommencent la même manœuvre pour actualiser leur étiquette et la faire passer de 20 à 50 %.

Cette attitude est évidemment considérée comme nuisible au Japon, voire même comme une entrave criminelle aux affaires. Dans un même temps, elle étonne beaucoup car elle émane principalement d’une clientèle âgée dont les mœurs typiquement japonaise sont en contradiction. Tout ceci se traduit en réalité par une obligation de survie: à l’heure actuelle, les revenus de nombreuses personnes âgées sont insuffisant et recevoir un plat à moitié-prix peut drastiquement influer sur leurs économies, voire même devenir vital.

Cette entrée a été publiée dans : Société
Avec les tags :

par

Enseignant de langue française et de littérature, un expatrié comme il en existe tant d'autres. Je rédige ce modeste blog dans le chaos mais toujours avec sincérité et passion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s